Pourquoi accueillir les émotions de nos ados ?

Avec mes ados, je remarque que c’est tout aussi important d’accueillir leurs sentiments que quand ils étaient plus petits. Quand ils vivent une déception amoureuse ou de la colère face à des profs et qu’ils peuvent se confier sans subir mon jugement, ils y font face plus sereinement.

Parfois, des vieilles phrases ancrées dans mon cerveau ressortent, comme :

  • « Une de perdue, dix de retrouvées » ou « faut pas se mettre dans cet état pour une fille ! »
  • « Tu ne peux pas parler comme ça de cette prof, tu dois aussi mieux écouter ce qu’elle te dit »

Mais je vois qu’en voulant apaiser sa douleur en relativisant son chagrin ou lui faire la morale sur son comportement en classe, je perds le lien avec lui/elle.

Qu’est-ce qui peut lui donner envie de venir m’en parler la prochaine fois ? Comment fera-t-il//elle pour exprimer son émotion et qu’elle ne l’envahisse pas en faisant d’autres dégâts ?

En écoutant sincèrement et en reflétant ses sentiments, on lui procure une aide précieuse. Comme par exemple :

  • « Ce n’est pas facile ce que tu es en train de vivre, ça te fait beaucoup de peine »
  • « C’est frustrant de faire une mauvaise note quand on pensait avoir compris le sujet »

Utiliser ces mots-là ne nous vient pas forcément spontanément. On aimerait tellement les préserver de la souffrance ou qu’ils prennent conscience de leur comportement. Je constate pourtant que lorsque je suis bienveillante et que j’accueille simplement ce qu’il//elle vit sans jugement, il//elle apprend petit à petit à gérer ses émotions et à devenir autonome.

C’est un langage qui n’est pas forcément familier et qui s’apprend. J’ai pu travailler cette nouvelle façon de communiquer dans les divers ateliers que j’ai suivi et je me rends compte que cela a permis à mes enfants de grandir en confiance et à devenir des êtres de plus en plus responsables de leur choix.

Valérie Moret – dayaaluta.ch
19.02.2020

Atelier « Découverte – La confiance, ça se cultive » pour enfants et ados

Un atelier spécial « DECOUVERTE – La confiance, ça se cultive » pour les enfants de 9 à 12 ans et les ados de 13 à 15 ans.

En y participant, ils se familiariseront avec mon approche pour grandir en confiance.

Une bonne estime de soi est essentielle pour mettre en place des apprentissages, des relations saines et des projets d’avenir. Mon objectif pendant cet atelier est de montrer aux enfants/ados les ressources qu’ils ont en eux.

Ce moment se veut ludique et décontracté !

Atelier « DECOUVERTE » 9-12 ans : Mercredi 26 février 20 de 14h à 15h30, CHF 40.-

Atelier « DECOUVERTE » 13-15 ans : Vendredi 28 février 20 de 16h15 à 17h45, CHF 40.-

Inscription : Valérie Moret – 079 793 57 50 – val.moret@sunrise.ch

Si vous souhaitez inscrire votre enfant au cycle complet, vous trouvez les dates ICI.

 

Etre un parent parfait…

Les exigences envers soi-même – une barre qui peut aller très haut

Quand on anime des ateliers qui apprennent comment avoir une communication bienveillante avec les enfants, on accueille des participants qui veulent devenir de meilleurs parents et sont parfois très exigeants avec eux-mêmes.

C’est exactement ce que j’ai vécu lorsque j’ai été participante il y a une dizaine d’années. Je ne me sentais pas à la hauteur, je ne me sentais pas épanouie comme maman car je m’énervais souvent, j’étais frustrée de ne pas être écoutée par mes enfants et je culpabilisais dès que je criais. J’ai suivi les ateliers et découvert des outils très utiles, mais dès que je n’arrivais pas à les utiliser, à dire ces belles phrases pleines de sens, je m’en voulais et me disais « à quoi bon ! » Je ne voyais pas toutes les fois où j’avais réussi, où j’avais pu accueillir une émotion, écouter sans juger, encourager, faire coopérer. Je voulais que ça « fonctionne » à 100%, ne plus jamais m’énerver, ne plus jamais lever les yeux au ciel, ne plus pleurer de désarroi…la maman parfaite, quoi ! Je me suis souvent épuisée, à me demander ce que j’aurais dû dire, à me demander pourquoi mes enfants se comportaient d’une certaine manière, je voulais tout maîtriser, tout contrôler. Quelle folie !

Puis, j’ai eu la chance d’avoir une pause, une longue pause. Un voyage de plusieurs mois à l’étranger en famille qui m’a permis de prendre du recul, de lire et de mieux comprendre des passages de livres d’éducation positive sur lesquels je ne m’arrêtais pas auparavant : « Si on connaissait le genre d’action qui aide une enfant à apprendre une fois pour toutes, on pourrait en faire la liste, la publier et la faire parvenir à tous les parents du monde.(…) Les enfants n’apprennent pas une fois pour toutes. Ils apprennent maintenant. Puis encore maintenant. Toujours maintenant » (Haim Ginott). J’ai aussi compris que mes fils pouvaient se disputer sans limites, car le lendemain ils savaient que leur frère serait toujours là, ce qui n’est pas forcément le cas avec un ami. J’ai compris que les connaissances que j’avais acquises me donnaient des outils pour permettre à mes enfants de connaître leurs émotions, d’avoir confiance en eux et d’éviter le plus possible de dire des mots blessants, mais la vie avec eux ne serait jamais un long fleuve tranquille. Les conflits, les malentendus font partie de la vie, comme les émotions qui peuvent générer des actes irréfléchis. Je me souviens par exemple des hivers à ski où j’hurlais à travers les pistes pour que mes enfants ralentissent parce que je crevais de trouille qu’ils se fassent renverser. Malheureusement, je provoquais plus de risques, car ils se retournaient et c’était encore plus dangereux. J’ai aussi en mémoire une colère monumentale lorsque mes garçons se sont battus violemment et que je suis arrivée comme une furie pour les séparer en leur criant dessus qu’ils étaient complètement cinglés et que j’avais loupé mon éducation !

Tout ça pour dire qu’aujourd’hui, quand j’ai la chance d’animer des ateliers « Faber & Mazlish », je reste humble pour transmettre ces magnifiques habiletés. L’idée est de pouvoir prendre conscience que certains mots n’ont pas leur place dans une relation bienveillante et qu’il est possible de s’exprimer, de se faire respecter sans blesser verbalement ou physiquement. Toutefois, la vie au quotidien avec un ou plusieurs enfant(s) est un métier bien difficile et c’est important pour moi de déculpabiliser les parents et de montrer que la visée est belle, mais ce qui est indispensable, c’est de se pardonner ses erreurs. C’est le meilleur exemple que nous pouvons donner à nos enfants pour qu’ils se pardonnent les leurs !

Valérie Moret / 26.01.2020
http://www.dayaaluta.ch

Risque de burn-out parental ?

Avant de risquer le burn-out, vous pouvez obtenir du soutien !
  • Vos enfants vous font sortir de vos gonds ?
  • Vous vous sentez débordée et n’avez plus d’énergie ?
  • Vous culpabilisez de ne pas être une « bonne » maman ?

Quand on se retrouve dans ce genre de situation, c’est difficile de se confier à son entourage car souvent on a honte, on a peur de se faire juger. Vous n’êtes pas seule dans ce cas, la vie de maman en 2020 n’est pas facile. Beaucoup de pressions, de responsabilités et d’attentes : c’est normal de péter les plombs !
Un accompagnement, une écoute active, un soutien, des outils pour vous aider à retrouver confiance en vous, c’est ce que je peux vous offrir. Quelques places sont libres la semaine prochaine !

http://www.dayaaluta.ch – Valérie Moret-Borloz – Bex – val.moret@sunrise.ch / 079 793 57 50
mini-flyer

Dès janvier 2020

Un accompagnement en atelier ou en individuel

Enfants/adolescents

2020 démarre avec des nouveaux ateliers pour les enfants et les adolescents dont le but est de leur (re)donner confiance pour faire face à des difficultés que ce soit scolaires ou relationnelles. Lorsque votre enfant a une bonne estime de soi, cela lui permet de se sentir mieux et de voir différemment les problèmes qui surviennent. C’est ce que nous ferons durant ces ateliers. Plus d’infos : ICI

Votre enfant ne se sent pas à l’aise dans le groupe ou vous souhaitez que son accompagnement se fasse de manière individuelle ? Contactez-moi pour un coaching ICI

Parents

Vous avez des difficultés à vous faire respecter par votre enfant, à faire face à ses colères ou sa frustration ? Vous vous inquiétez pour sa scolarité et ne savez plus comment agir ? Les écrans prennent beaucoup de place dans votre maison et vous ne savez plus comment gérer cette situation ?
Je vous propose de vous accompagner pour vous aider à trouver les moyens de changer cette dynamique. Contactez-moi ICI

Vous pouvez également suivre les ateliers « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » qui sont programmés en mars. Ces ateliers donnent des outils concrets et pratiques pour changer la dynamique familiale. Plus d’infos ICI

Infos pratiques sur : http://www.dayaaluta.ch

flyer-3.pages