Jour 1 : il n’est pas encore temps de parler d’école…

LE BRAINSTORMING

Comme beaucoup d’entre vous le savent, nous donnons des ateliers destinés aux parents depuis environ quatre ans. En cette période vraiment particulière qui s’annonce, nous avons choisi de partager un peu de  notre vécu familial, histoire d’éveiller quelques pistes d’actions et de réflexions. 

Imaginez votre patron vous disant aujourd’hui : 

« Ça ne va pas être les vacances, hein ! Il faudra bosser ! »

Votre réaction ? Révolte ? Envie de l’envoyer promener ? Pourquoi ne vous fait-il pas confiance ?

Si ça marche pas avec vous, pourquoi cela fonctionnerait-il avec vos enfants ? 

Et si l’on faisait confiance à nos enfants ?

Voici nos recettes avec nos enfants, peut-être vous donneront-elles des idées…

De la bienveillance, pas de complaisance !

Nous avons passé nos premiers instants de la journée à devoir cadrer nos attentes vis-à-vis des jours qui viennent (cadrer est sécurisant !) en informant nos enfants que nous allions structurer nos journées. Crises et complaintes s’en sont suivi. Les émotions semblent en ébullition ces jours-ci.

Accueillir, accueillir, accueillir encore, « oui, c’est difficile pour toi/vous que nous mettions un cadre, cela t’énerve ! De mon côté, j’en ai besoin. Le but est que nous trouvions un fonctionnement qui nous convienne à tous, je n’accepte par contre pas que tu parles avec ce ton et ces mots, tu vas dans ta chambre et tu redescendras quand tu pourras discuter » et/ou devant un de nos enfants triste avec les nerfs à fleur de peau « oui, ça te rend triste d’imaginer que tu ne vas plus voir tes copains et copines pendant plusieurs semaines ! » (Larmes, puis gros câlin). 

Reste notre question essentielle :

Comment passer du « ça ne va pas être les vacances, hein ! » à « comment va-t-on s’organiser pour vivre au mieux cette période ? ». Une solution : faire participer les enfants aux discussions et vraiment les écouter (écouter ne signifiant pas approuver toutes leurs propositions et délires).Il nous semble qu’il n’est pas encore temps de faire l’école à la maison, plutôt d’organiser les journées.

Après le petit-déjeuner, BRAINSTORMING FAMILIAL, structurer les journées n’est pas négociable par contre, la façon de le faire est discutée et négociée ensemble, les enfants peuvent ainsi être ACTEURS de leur futur quotidien. 

Chacun dit ses envies, ses attentes, ses idées. On écrit tout ! 

Voici le résultat chez nous : 

  • on s’habille avant le petit-déjeuner
  • chaque jour un enfant pourrait jouer une heure à la console
  • chaque bisou coûte 50 cts
  • les natels sont mis sur silencieux si possible
  • il y aura chaque jour un moment d’école
  • il y a des pauses pendant le travail
  • on fait trois heures d’école par jour maximum
  • on peut improviser les journées
  • pas d’école après 15 heures
  • chaque jour les enfants aident pour les tâches ménagères
  • chaque jour, on sort un moment
  • on pourrait organiser des rendez-vous avec les amis sur skype.

On s’est arrêté là, seul le fait d’improviser les journées et le coût des bisous ont été retirés et nous avons défini de faire un planning modulable afin que chaque enfant puisse planifier sa journée avec des blocs. 

On a décidé de reprendre un moment demain pour faire le point sur cette liste.

La suite au prochain épisode…


Une réflexion sur “Jour 1 : il n’est pas encore temps de parler d’école…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s