Bienveillance vs Complaisance

Dans ma pratique de coach parentale, je constate qu’il y a une grande confusion de ce qu’est l’éducation bienveillante. Nombreux sont les parents que je vois en coaching ou en atelier qui pensent qu’une éducation bienveillante c’est rendre leurs enfants heureux, qu’ils ne vivent aucune difficulté, mais une harmonie perpétuelle et constante.

Non, vos enfants ne peuvent pas être heureux tout le temps. La bienveillance n’est pas la complaisance !

L’éducation bienveillante n’a rien à voir avec l’idée « bisounours » qui a été véhiculée par une mauvaise communication autour de ce concept magnifique à la base. Lorsqu’on confond la bienveillance avec une obligation à rendre un enfant heureux, sans frustration, sans tristesse et sans contraintes, on risque de tomber dans la malveillance !

Les enfants ont besoin de vivre des moments empreints d’émotions inconfortables pour grandir. Accompagnés par un adulte confiant, ils apprendront à traverser ces tempêtes. Si la moindre émotion difficile de votre enfant vous met dans tous vos états et vous bouleverse totalement, vous risquez d’en déclencher de plus en plus. Pourquoi ?

Lorsque les enfants n’ont pas de cadre ferme et sécurisant dans lequel ils peuvent faire ce genre d’expériences difficiles, ils risquent d’être complètement perdus. Comment se sentir en sécurité lorsque le mur (parent) qui est censé protéger la maison (enfant en construction) contre toutes sortes de dangers s’écroule dès qu’il est heurté ?

Par exemple :

  • Votre enfant aura des moments de tristesse et vous serez là, non pas pour l’en empêcher, mais pour le réconforter.
  • Votre enfant aura des peurs et vous serez là, non pas pour lui dire qu’il ne faut pas avoir peur et que tout va bien, mais pour l’écouter et l’accueillir.
  • Votre enfant se mettra en colère et vous serez là, non pas pour lui dire que ce n’est pas bien, mais pour l’aider à l’exprimer sans faire de mal.
  • Votre enfant vivra des frustrations et vous serez là, non pas pour lui donner ce qu’il veut, mais pour lui apprendre la patience et l’humilité.

Si vous vous sentez souvent submergé.e ou dépassé.e dans ces situations ou que vous avez des difficultés à accepter que votre enfant vivent des émotions inconfortables. Je vous propose un suivi de trois séances pour que vous puissiez être plus confiant.e dans votre métier de parent.

Photo de Josh Willink sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s