Education bienveillante et colère…

Education bienveillante – Que fait-on de notre colère ?

C’est une question qui revient fréquemment lors d’ateliers ou quand je fais un suivi individuel. Souvent, les participants aux ateliers me disent : « Tu ne dois plus te mettre en colère avec toutes ces habiletés que tu connais ! ». Ah ah, c’est là que je leur dis qu’il ne faut pas rêver non plus ! Malgré tous les outils et la formation que j’ai, je reste humaine avec mes émotions, ma fatigue, mes hormones et tout le reste ! Et cela peut parfois prendre le dessus !

J’ai constaté que, souvent, les parents qui souhaitaient pratiquer une éducation bienveillante culpabilisaient lorsqu’ils éprouvaient de la colère envers leur(s) enfant(s) et qu’ils criaient ou disaient des mots blessants. Bien entendu, en tant que parents, nous aimerions toujours avoir la patience nécessaire pour ne pas se mettre dans tous nos états ! Mais parfois, cela arrive malgré toutes nos bonnes intentions et c’est normal car nous ne sommes pas des robots !

J’en reviens à une citation d’Haim Ginott qui dit « Tous les sentiments sont légitimes, tous les comportements ne sont pas acceptables ». Cela me parle autant vis-à-vis des enfants que de nous-mêmes, parents. Ce n’est pas facile lorsque nous sommes très énervés de contrôler notre propre comportement et ne faire de mal à personne, c’est un sacré défi de verbaliser notre ressenti : « Je suis très en colère de me faire crier après ! », « C’est rageant de trouver de la peinture contre le mur ! ». Certainement que le ton ne sera pas calme et c’est normal ! Nous ne pouvons pas rester « zen » en toutes circonstances, soyons indulgents avec nous-mêmes. Exprimer notre colère avec des mots (qui indiquent ce qu’on ressent et qui ne soient pas blessants) lui permettra déjà de s’apaiser un peu, mais lorsqu’elle dépasse un certain seuil, il serait préférable de trouver un échappatoire pour la sortir sans violence (s’enfermer quelques minutes dans une pièce et respirer par exemple).

Mais encore une fois, il arrive que cette colère déborde ! Après ces moments-là, il est bon de pouvoir se le pardonner pour ensuite rétablir le lien avec l’enfant. Cette façon de faire lui montrera aussi comment il peut s’y prendre quand cela lui arrive. Il apprendra que lorsqu’une situation dégénère, elle ne s’arrête pas là, il est possible de présenter des excuses, d’en parler, d’aller de l’avant et de trouver des solutions.

Il y a des périodes de vie où on se retrouve submergé.e en permanence et la vie au quotidien est particulièrement difficile avec un ou des enfants et dans ce cas, je vous conseille de prendre contact avec un professionnel pour trouver un peu d’apaisement.

Vous pouvez également vous inscrire au ateliers « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » qui vous donneront plein d’outils pour bien communiquer avec votre enfant/ado : plus d’infos.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s