La confiance en soi

Qu’est-ce que c’est avoir confiance en soi ? En quelques mots, je le décris comme un sentiment intérieur grâce auquel je crois en moi, je me sens capable d’entreprendre et j’ose sortir de ma zone de confort. Les ingrédients qui me sont nécessaires sont un amour inconditionnel pour moi-même, pour ce que je ressens, ce que je vis et qui je suis. Deux pôles se trouvent dans la balance : FAIRE et ETRE, les deux faces d’une même médaille.

Quand j’étais petite, j’ai appris à « faire ». La devise de ma maman c’était « quand on veut, on peut ». Dans ma famille, il fallait agir, être acteur de sa vie. Cela m’a permis d’oser des trucs fous, comme vivre seule à 16 ans ou partir faire le tour du monde à 21. Par contre, la partie qui est restée cachée longtemps, c’est « être ». Je n’ai pas été habituée dans mon enfance à faire confiance en mes ressentis. Quand j’étais triste, j’entendais « il ne faut pas pleurer pour ça, c’est pas grave ». Quand j’étais fâchée, on me disait « regarde dans quel état du te mets, faut pas en faire tout un plat ». Quand j’avais peur, je faisais face souvent à de la moquerie. Bref, je me suis construite en me disant que ce que je ressentais était faux, que les émotions devaient rester à couvert. Le rationnel a pris le dessus sur l’émotionnel et ma tête et mon corps se sont déconnecté.

Tout cela a explosé quand je suis devenue moi-même maman. J’ai vécu des débuts de maternité difficiles et accepter que je vivais des émotions désagréables m’était compliqué. J’étais plutôt en mode « on y va, faut faire avec de toute façon… ». Mon chemin est devenu moins lisse, plus sinueux et chaotique. Ces émotions m’envahissaient, j’étais hyper nerveuse et angoissée d’être une mauvaise maman et je n’osais pas me l’avouer. Ce que je ressentais dans mon corps, mon esprit ne voulait pas l’écouter. Mettre des oeillères pour continuer d’avancer n’a pas pu durer bien longtemps.

J’ai dû apprendre à être ! Apprendre à m’autoriser à ressentir des émotions, à les écouter et leur donner une place pour ensuite apprendre à savoir quoi en faire et aller de l’avant. Ce fut un long travail qui n’est pas encore complètement terminé, mais qui est bien avancé. Tout a commencé avec les groupes d’habiletés parentales que j’ai suivis et grâce auxquels j’ai acquis du vocabulaire sur les émotions. En donnant le droit à mes enfants d’avoir des ressentis, j’ai petit à petit mis des mots sur les miens. J’ai eu besoin de trouver un grand nombre d’informations sur la confiance, les émotions, les blocages, les peurs, les croyances, les différents moyens de gestion des émotions pour mettre en lien « ETRE » et « FAIRE » et aujourd’hui, tout cela fait partie de mes accompagnements ainsi que de la formation que j’ai créée : « la confiance, ça se cultive » pour les adultes.

Si cela raisonne chez vous, je vous propose de venir faire un bout de chemin avec moi pour comprendre ce qui vous empêche d’avoir confiance en vous. Quelles sont les émotions qui se cachent derrière ce qui vous bloque ? Quelles sont vos ressources ? Tout cela dans la bienveillance.

Si vous vous sentez appelé.e, faites-moi un message pour en savoir plus sur mes différents accompagnements ou faites un tour sur mon site.

Photo de Sam Kolder sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s